Volpone : tel est pris qui croyait prendre

Volpone est une ancienne comédie, d’abord écrite par Ben Jonson au début du XVIIe siècle, elle a été reprise très souvent jusqu’à aujourd’hui. C’est dans une adaptation de cette pièce par Toni Cecchinato et Jean Collette que l’on peut voir le Théâtre Fox Compagnie, à l’Alizée, dans le cadre du festival d’Avignon, tous les jours du 7 au 30 juillet à 11h30.

Une comédie humeuristique

© http://www.theatrefoxcie.com/#!gallery/cfvg
© http://www.theatrefoxcie.com/#!gallery/cfvg

Volpone est un riche Vénitien. Amateur d’argent et de femmes, il en demande toujours plus. Pour se satisfaire, Volpone monte un stratagème, aidé de son valet Mosca, et décide de se faire passer pour gravement malade. Tous les hommes de son entourage, le voyant mourant, le couvrent de cadeau en espérant être fait héritier du testament de Volpone. Dans un monde aussi cupide, l’absurde et les quiproquos sont de mise pour créer cette pièce d’une grande malice. L’action séduit par son burlesque et ses allures de balance à l’équilibre difficile. On attend de savoir qui sera le dindon de cette farce et à qui profitera enfin cette énorme mascarade.

Cette pièce est un excellent exemple de comédie d’humeur, dont Ben Jonson était un grand représentant. Il s’agissait en effet d’illustrer, par le théâtre, l’une des théories alors à la mode : la théorie des humeurs. Cette théorie consistait en la pensée que tout individu était sujet à une humeur en particulier, et que cette humeur dictait ses conduites en toute chose et à tout moment de sa vie. Ceci permettait, au théâtre, de créer des personnages hauts en couleur, gargantuesques, et facilement caricaturables. Ici par exemple, tous les personnages de la pièce portent des noms en rapport avec un animal réputé proche d’une humeur qui domine le personnage en question. Ainsi Volpone, en italien, signifie « Renard », et illustre tout à fait le côté sournois et rusé du maître vénitien qui se croit très malin avec son petit tour. Son serviteur s’appelle Mosca, c’est à dire « la mouche », car c’est lui qui est partout, entend tout, voit tout, et permet ainsi à son Volpone de mettre son plan à exécution. Parmi les Gentilshommes qui se pressent autour d’un Volpone qu’ils croient à l’article de la mort, il y a Voltore, « le vautour » ; mais aussi Corbaccio, « la corbeille nécrophage », ou bien Corvino « le corbeau ». Autant de petits noms très affectueux qui illustrent bien la cupidité et la perfidie de ces rodeurs qui attendent la mort de Volpone avec une excitation sans nom.

Une mise en scène révélatrice

© http://www.theatrefoxcie.com/#!gallery/cfvg
© http://www.theatrefoxcie.com/#!gallery/cfvg

La mise en scène de Céline Sorin est brillante, au sens propre comme au figuré. Elle est pleine de couleurs, de lumière, d’humour et d’inventivité. Inspirée des personnages de bande-dessinée ou de dessins-animés, elle choisi une mise en scène marquée, dans un esprit fantasque et caricatural qui reprend parfaitement les codes d’un conte et qui nous transporte dans un monde qu’on ne peut pas vraiment dater. Le décor est constitué d’une immense boîte, disposée au centre de la pièce, qui tourne sur elle-même pour nous offrir un décor nouveau à chaque face, ou bien qui s’ouvre pour nous présenter la chambre de Volpone. Tantôt grise, tantôt jaune d’or, cette boite offre de multiples replis dans lesquels les personnages disparaissent, et se cachent. Cette boîte pourrait bien être une boîte de jeu, une boite à musique ou encore une boite à poupée qui surprend et ne cesse d’émerveiller. Les costumes sont également à ravir ! De formes et de couleurs variées, ils caractérisent parfaitement les personnages, grâce notamment à leurs coiffes anthropomorphes. Le jeu des personnages, outrancier et caricatural permet aux comédiens de poser et ainsi de créer de véritables tableaux, à la fois beaux et très drôles.
On rit beaucoup dans cette adaptation de Volpone, et on passe un excellent moment avec le Théâtre Fox Compagnie, qui nous offre un spectacle d’une grande qualité visuelle !

Margot Delarue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *