Yoko Ono, un monde déjanté à découvrir au MAC de Lyon

Après, la rétrospective sur Errò, proposée la saison dernière, le Musée d’Art Contemporain de Lyon nous propose une nouvelle rétrospective, en rendant hommage à une femme, et pas n’importe laquelle, la compagne de John Lennon, madame Yoko Ono. Si certains connaissent ses chansons, d’autres ne la connaissent qu’à travers sa relation et son engagement avec son compagnon, mais Yoko Ono c’est bien plus que cela, comme nous le montre cette formidable exposition qui se tient du 9 mars au 10 juillet 2016 et s’intitule Yoko Ono, Lumière de l’aube.

L’artiste en scène

Comme nous le disions, Yoko Ono est une artiste engagée et il semble tout à fait logique qu’elle s’engage pleinement dans son art, multipliant les autoportraits photographiques, les clips déjantés de ses chansons ou tout simplement des vidéos dans lesquelles elle se déguise et devient elle-même matière et objet de son art. Notre visite est rythmée par plusieurs chansons de Yoko Ono, nous rappelant le grand nombre d’albums qu’elle a composés. Chacun d’entre eux ayant une ambiance, une atmosphère particulière. Pour elle, la musique est le lieu de tous les possibles et elle n’hésite pas en plein milieu d’une chanson à simuler des orgasmes ou à utiliser des mélodies électros très dures ou stridentes pour illustrer le malaise de la chanson. Elle vit ses chansons et ces dernières semblent sortir d’elles !

©Jean-Philippe Ksiazek
© Jean-Philippe Ksiazek

Si Yoko Ono se met en scène, elle n’oublie pas ses proches. On peut voir la déclaration de création de la micro-nation « Nutopia » qu’elle créé avec John Lennon en réponse aux difficultés d’obtention de visa de ce dernier. Au final, très peu de choses dans cette exposition renvoient à John Lennon, probablement pour rappeler le talent d’artiste qu’avait la Japonaise lorsqu’elle n’était pas associée à son mari. En plus de cette déclaration, on découvre de nombreux bocaux remplis d’eau avec une étiquette mentionnant le nom d’une personnalité, amis de Yoko Ono ou célébrités disparues. Chaque eau représente la consistance et la transparence de la personne en question. Il s’agit là d’une curieuse façon de représenter ses amis ou les personnes qu’elle admire…

Une curieuse façon de voir le monde

Pour elles, le monde ne se résume pas à ce qu’il est, mais à ce qu’on en fait. Elle est capable de réutiliser des casques de militaires pour en faire un récipient pour pièces de puzzle représentant le ciel et donc l’espoir de jours meilleurs loin des conflits. Les portes dressées de manière, semble-t-il, aléatoire renvoient à tous les obstacles que nous devons surmontés et traverser. Les escabeaux représentent également la recherche perpétuelle d’ascension ou encore les marches de la vie qu’il faut gravir pour avancer. Les objets du quotidien sont détournés de leur but premier et se réinventent sous les mains de la plasticienne.

Ainsi des objets triviaux sont exposés, mais tous revêtent une particularité qu’il vous faudra découvrir !

©Jean-Philippe Ksiazek
© Jean-Philippe Ksiazek

Une exposition interactive et immersive

La force de l’art de Yoko Ono est son immersion, pour une fois qu’on peut toucher les œuvres exposées dans un musée, profitons-en ! Il vous sera possible de monter sur un escabeau pour lire à la loupe le mot que veut nous faire découvrir l’artiste, ou tout simplement pour changer de perspective sur le monde. Vous serez invités à déambuler au milieu des portes et à vous heurter aux obstacles mentionnés précédemment, mais aussi à découvrir l’évolution des arbustes plantés en ligne dans une des salles du musée. Chaque arbre, planté dans une caisse en bois, faisant penser à un cercueil, pousse et fleurit au fur et à mesure. L’artiste nous invite à plonger dans ce jardin artificiel, à s’y installer et à en percevoir les limites et les multiples perceptions qui en émanent, tout en se questionnant sur leurs places dans cette boite. Selon où vous êtes, au milieu de cette petite forêt, avec vue sur le parc de la Tête d’Or, vous serez amenés à éprouver différemment la disposition et la représentation des arbres.

©Jean-Philippe Ksiazek
© Jean-Philippe Ksiazek

Enfin, nous vous conseillons de ne pas rater la découverte de l’aube et de la nuit selon Yoko Ono qui est le summum de l’immersion que propose cette rétrospective. Vous serez éblouis et perdus dans ce monde incroyable… Et si vous pouvez tenter l’expérience à plusieurs, vous n’en serez que plus étourdis et comprendrez bien mieux le nom de l’exposition…

Les rétrospectives du Musée d’Art Contemporain permettent bien souvent de découvrir ou de redécouvrir un artiste de génie. Force est de constater qu’une fois encore, le pari est réussi avec cette exposition ludique, immersive et sensitive !

Jérémy Engler

2 pensées sur “Yoko Ono, un monde déjanté à découvrir au MAC de Lyon

  • 7 juin 2016 à 8 h 47 min
    Permalink

    Je découvre votre publication au hasard d’une « dérive chercheuse  » sur le Net. Agréablement surprise par le ton, les sujets et la lisibilité, je serai heureuse de pouvoir garder le contact par le net ou le papier. Comment? abonnement? Utopia ?

    Répondre
    • 12 juin 2016 à 13 h 04 min
      Permalink

      Nous n’avons pas de formule d’abonnement. Notre version papier est gratuite et disponible à l’université lumière Lyon 2 ou lors de nos évènements. Le mieux, pour vous tenir informée de nos publications est de rejoindre nos pages facebook ou twitter.
      Merci pour votre intérêt !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *